Panier

                                           LE COURRIER DU LECTEUR

Annie souhaite que cette page soit interactive et si vous avez des suggestions positives à faire concernant les sujets écrits, faites lui savoir. Quant à des idées, dans la mesure où il n’est question ni de religion, ni de politique, elles seront les bienvenues.

COURRIER LECTEUR N° 4  janvier 2020
Cette rubrique est activée uniquement en fonction des questions que vous poserez ou des thèmes qui vous intéressent  dans la mesure, bien sûr, où je serai capable de répondre."
En attendantEXCELLENTE ANNEE 2020
Annie

COURRIER LECTEUR N° 3 DECEMBRE 2019

Merci pour votre belle lettre de décembre. .  Et je la vois ce soir comme un signe En effet, votre dernière phrase m’a particulièrement touchée puisque je travaille ma psycho généalogie. Un vrai travail d’enquête, c’est passionnant ! Quand vous parlez du virus, je vous crois tellement. Une fois qu’on commence, on ne peut plus faire machine arrière. Bref, un grand merci Annie pour ces partages généreux que sont vos longues lettres mensuelles.

Sophie

Bonjour Annie  

merci infiniment pour tous ces enseignements.  belles fêtes de fin d' année à vous et vos proches , bien cordialement

Marie France

Chère Annie

Merci pour votre belle lettre de décembre.  Et je la vois ce soir comme un signe ! En effet, votre dernière phrase m’a particulièrement touchée puisque je travaille sur mon arbre depuis fin août en faisant un travail de psycho généalogie.

Mon fils de 10 ans aussi tout comme mon mari travaillent aussi sur leur arbre respectifs.  Bref, nous en faisons une priorité !  Un vrai travail d’enquête, c’est passionnant ! Quand vous parlez du virus, je vous crois tellement. Une fois qu’on commence, on ne peut plus faire machine arrière. Je crois même avoir  transmis le virus à mes enfants de 7, 10 et 12 ans qui commencent à raisonner comme moi. Bref, un grand merci Annie pour ces partages généreux que sont vos longues lettres mensuelles.

DECEMBRE

Dicton

« Décembre trop beau, été dans l’eau »

VESTA

Ce mois est dédié à la protection de la  déesse du foyer, la maison, la famille

On fête

L’Avent

4e dimanche précédant Noël.

Du latin adventus, « venue, avènement »

L’Avent est la période durant laquelle les fidèles se préparent intérieurement à célébrer Noël, événement inouï, et décisif pour l’humanité, puisque Dieu s’est fait homme parmi les hommes : de sa naissance à sa mort sur la Croix, il a partagé en tout la condition humaine, à l’exception du péché.

La saint Nicolas

6 décembre

Cet évêque consacra sa vie à soigner la misère du corps et de l’esprit.

Une légende parle des miracles de saint Nicolas qui sauva trois petits garçons coupés et salés par un boucher. Il sauva de la tempête des hommes et un prisonnier et pleins d’autres exploits. Il est invoqué pour les victimes. C’est le patron des prisonniers, enfants, commerçants, avocats, marins, pêcheurs, pharmaciens…

 

Noël

25 décembre

Naissance de Jésus symbolisé dans les foyers catholiques par la crèche, le houx, le sapin,

 la bûche de Nöel dans la cheminée…

 

La saint Sylvestre

31 décembre

On fête le dernier jour de l’année

« au gui l’an neuf »

 

En résumé, préparons 2020 par une nouvelle naissance  car,

à la naissance naissent nos sens

Je vous propose donc de terminer cette année 2019 avec un sujet qui me passionne et qui permet d’accéder à une re-naissance

La psychogénéalogie et les prénoms

Quelle plus belle date que celle de Noël pour commencer !

Par exemple, un père construit une fortune, son fils la dépense, son petit fils essayera de la restituer : cela s’appelle une névrose familiale. Il en est ainsi pour tout : croyance, maladie, travail, etc

 

Nous sommes reliés à nos saints de naissance dont certains sont de notre ascendance ; le Temps n’existant pas, ils sont aussi présent hier qu’aujourd’hui. Ils nous racontent notre histoire en raccourci, depuis des générations.

 

LE PREMIER PRENOM

La vibration du premier prénom est extrêmement importante.

En effet, imaginez que votre corps est un violon, la vibration en est l’archet.

Cela va bouger toute l’eau contenue dans notre corps (environ 90%)

et change notre ADN.

D’où l’importance de ne pas utiliser de diminutif

car la vibration n’en sera pas la même  et ne vous permettra pas de « surfer »

sur la meilleure vague dans votre vie...

Je parle beaucoup, lors du décodage d’un prénom, de la vie des saints et saintes liés au prénom car ils sont vos ancêtres référents pour certains même si les temps sont lointains puisque l’Inconscient vit au Temps Présent (Atemporel). Ils vous retracent de façon réelle ou virtuelle, l’histoire de votre ascendance ou celle de votre « partenaire-miroir » si vous ne trouvez pas sur la vôtre.

 

POSTULAT : PASSATION MEMOIRE

J’aime ceci qui émane de Don Miguel Ruiz,

auteur des « 4 accords toltèques »

«Nous sommes tous parasités car nos ancêtres rêvent

à travers notre esprit ; ils vivent au moyen de notre corps.

Ils survivent grâce aux émotions engendrées par la peur

 et prospèrent grâce aux drames et aux souffrances.

 Soyons des guerriers pour nous rebeller contre l’invasion  de ce “parasitage“.

 Le parasite peut ressembler à un monstre à moult têtes

dont chacune est une de nos peurs. »

 

Nous sommes uniques. Notre unicité porte la dimension de tous les êtres humains, en Involution et en Évolution.

Je ne résiste pas à vous envoyer ce que je viens de lire

« Quand un pays est en crise économique, il suffit d’ausculter les dents des citoyens de ce pays pour savoir s’il est susceptible de recouvrer rapidement une santé économique... et de rembourser ses dettes. Si la majorité de la population est sujette à des caries ou à des problèmes gingivaux, ce pays s’enfoncera dans la crise. »

Profitez bien du temps PRESENT- le seul que connait notre inconscient en évitant des maladies dites hivernales. Sachez que toutes maladies est la meilleure réponse que la vie nous apporte pour faire prendre conscience des difficultés que nous rencontrons dans la vie car cela ne nous appartient pas ; c’est la résultante des inachevés de nos ancêtres référents (dont nous avons choisi, avant notre incarnation) de prendre le relais afin de faire évoluer notre survie et celle de notre descendance, très inconsciemment bien sûr. Nous héritons tous d’une empreinte dont nous ne sommes plus conscient qui se traduit par de maladies ou des malaises psychologiques ; c’est une redite de l’histoire familiale qui, revisité par la psychogénéalogie  va devenir cohérente.

Profitez de cette fin d’année pour faire le point et vous mettre des objectifs nouveaux car la vie n’est pas de stagner. Seul l’Amour est le meilleur guide.

Je vous invite à faire le point sur votre vie, de faire des mea culpa sur certaines choses, de pointer les redites négatives et de programmer qui et quoi vous aimez afin d’entrer dans la Joie simple et l’Amour inconditionnel.

Prenez votre vie en main et danser sur elle.

Si tu veux avancer vraiment, tu dois t’arrêter vraiment,

 le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui.

Le travail manuel fait avec amour et respect

vaut autant qu’un travail spirituel.

(comme celui des bâtisseurs de cathédrales ou les Compagnons par exemple)

 

Je fais ce que je veux, je veux ce que je suis, je suis ce que je fais.

Spinoza

 

Ce qui est difficile, je vais le faire de suite

Pour l'impossible çà prendra plus de temps.


Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas.
C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles.

Sénèque

Le premier pas dans la communication  est d'accepter le conflit.

 

 

Quelques citations

 

Tout ce qui n’est pas EXPRIME revient IMPRIME.

Freud

 

Tout ce qui ne remonte pas en conscience

revient sous forme de destin.

Jung

 

Si tu veux avancer vraiment, tu dois t’arrêter vraiment,

 le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui.

Le travail manuel fait avec amour et respect

vaut autant qu’un travail spirituel.

(comme celui des bâtisseurs de cathédrales ou les Compagnons par exemple)

 

Je fais ce que je veux, je veux ce que je suis, je suis ce que je fais.

Spinoza

 

Ce qui est difficile, je vais le faire de suite

Pour l'impossible çà prendra plus de temps.


Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas.
C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles.

Sénèque

Le premier pas dans la communication  est d'accepter le conflit.

 

Excellente croissance vers Vous

Cordialement.

 Dansez sur votre Vie

 

COURRIER LECTEUR N° 2 NOVEMBRE 2019

 

Réponse à une question posée par une fidèle du site : l’Autisme

 « Lors de la consultation d'un nourrisson de trois mois atteint d'un forme d'autisme il m'a été reporté les paroles de l'ostéopathe :"on dirait que cet enfant n'est pas né". Nous faut-il ces souffrances pour que nous comprenions que l'univers est un, et qu'il nous interpelle pour mettre au jour nos incohérences?

J'ai essayé d'apporter une idée et je vous remercie de m'avoir permis de l'exprimer»

AUTISME

En décodage psychosomatique (cf courrier n°1 de septembre)  l’autisme serait un refus de faire face à la réalité physique du monde extérieur ce qui génère une forme de repli  dans le monde intérieur où règnent fantasmes et imaginaire.

Du côté transgénérationnel, il sera bon de rechercher qui a eu sa sensibilité bafouée, était triste –voir les poumons atteints car ceux-ci sont symbole de vie, de joie- cela serait une piste ou avait de la rancœur (rend cœur). Ce pourrait être le référent du « porte-greffon » qu’est l’autiste. Je répète que le Temps n’existe pas pour l’Inconscient si bien que deux ou trois générations plus tard cela est présent dans le descendant qui a pris le relais pour « payer » cette dette karmique dont il n’a plus conscience à       sa naissance. Cet ancêtre  vit le monde comme hostile tel en son temps : voir des guerres, des grandes catastrophes vécues sur l’Arbre généalogique, des drames terribles…il va donc se refermer volontairement dans sa bulle. De ce fait, les autistes reçoivent des tas d’informations qu’ils emmagasinent et stockent dans leur monde intérieur au lieu de les échanger avec d’autres personnes car c’est trop dur et ils se réfugient dans le mutisme. Aussi, quand ils parlent, doivent-ils être très performant devant vérifier moult fois car se tromper serait catastrophique. Si cela n’est pas parfait, ils se retranchent gardant le silence car ils ont trop de pression, c’est insupportable.

Dès sa naissance, l’autiste se sent exclus, marginal, étranger. Il se replie donc, impuissant à accomplir ses rêves et ses désirs vivant dans son monde où personne n’a accès. Alors, au lieu de se régénérer, la mémoire s’use.

 Voir qui vivait replié sur le passé, qui, à la retraite n’a pas bâti sa seconde vie sur des passions, des contacts et autres comme les voyages, l’apprentissage d’autres choses, offrir ses services ou compétences aux autres. Se sentir inutile altère le cerveau qui a besoin d’intégrer des choses nouvelles sinon les synapses ne touchant plus les neurones (version simpliste) devient comme les cartons troués à musique des orgues de Barbarie…Le flot sanguin se retire des parties atteintes (le sang en décodage symbolise la famille). Qui avait peur de la vieillesse, de la mort fait un retour vers l’enfance générant un comportement enfantin où fantasmes et fantaisies peuvent être réalisés.

JE NE SUIS PAS A LA RETRAITE

JE RETRAITE MA VIE

Cette page vous est ouverte pour y apporter vos suggestions et expériences. Merci                                                                                               

Annie

COURRIER LECTEUR N° 1 OCTOBRE 2019

Réponse à une question posée par une fidèle du site :

l’Autisme « Lors de la consultation d'un nourrisson de trois mois atteint d'un forme d'autisme il m'a été reporté les paroles de l'ostéopathe :"on dirait que cet enfant n'est pas né". Nous faut-il ces souffrances pour que nous comprenions que l'univers est un, et qu'il nous interpelle pour mettre au jour nos incohérences? J'ai essayé d'apporter une idée et je vous remercie de m'avoir permis de l'exprimer»

AUTISME

En décodage psychosomatique (cf courrier n°1 de septembre) l’autisme serait un refus de faire face à la réalité physique du monde extérieur ce qui génère une forme de repli dans le monde intérieur où règnent fantasmes et imaginaire. Du côté transgénérationnel, il sera bon de rechercher qui a eu sa sensibilité bafouée, était triste –voir les poumons atteints car ceux-ci sont symbole de vie, de joie- cela serait une piste ou avait de la rancœur (rend cœur). Ce pourrait être le référent du « porte-greffon » qu’est l’autiste. Je répète que le Temps n’existe pas pour l’Inconscient si bien que deux ou trois générations plus tard cela est présent dans le descendant qui a pris le relais pour « payer » cette dette karmique dont il n’a plus conscience à sa naissance. Cet ancêtre vit le monde comme hostile tel en son temps : voir des guerres, des grandes catastrophes vécues sur l’Arbre généalogique, des drames terribles…il va donc se refermer volontairement dans sa bulle. De ce fait, les autistes reçoivent des tas d’informations qu’ils emmagasinent et stockent dans leur monde intérieur au lieu de les échanger avec d’autres personnes car c’est trop dur et ils se réfugient dans le mutisme. Aussi, quand ils parlent, doivent-ils être très performant devant vérifier moult fois car se tromper serait catastrophique. Si cela n’est pas parfait, ils se retranchent gardant le silence car ils ont trop de pression, c’est insupportable. Dès sa naissance, l’autiste se sent exclus, marginal, étranger. Il se replie donc, impuissant à accomplir ses rêves et ses désirs vivant dans son monde où personne n’a accès. Alors, au lieu de se régénérer, la mémoire s’use. Voir qui vivait replié sur le passé, qui, à la retraite n’a pas bâti sa seconde vie sur des passions, des contacts et autres comme les voyages, l’apprentissage d’autres choses, offrir ses services ou compétences aux autres. Se sentir inutile altère le cerveau qui a besoin d’intégrer des choses nouvelles sinon les synapses ne touchant plus les neurones (version simpliste) devient comme les cartons troués à musique des orgues de Barbarie…Le flot sanguin se retire des parties atteintes (le sang en décodage symbolise la famille). Qui avait peur de la vieillesse, de la mort fait un retour vers l’enfance générant un comportement enfantin où fantasmes et fantaisies peuvent être réalisés.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Gvolue.com by Annie Tranvouëz, Webmaster d.d.k.i.o