Panier

                                           LE COURRIER DU LECTEUR

A VENIR

Réponse à une question posée par une fidèle du site :

l’Autisme « Lors de la consultation d'un nourrisson de trois mois atteint d'un forme d'autisme il m'a été reporté les paroles de l'ostéopathe :"on dirait que cet enfant n'est pas né". Nous faut-il ces souffrances pour que nous comprenions que l'univers est un, et qu'il nous interpelle pour mettre au jour nos incohérences? J'ai essayé d'apporter une idée et je vous remercie de m'avoir permis de l'exprimer»

AUTISME

En décodage psychosomatique (cf courrier n°1 de septembre) l’autisme serait un refus de faire face à la réalité physique du monde extérieur ce qui génère une forme de repli dans le monde intérieur où règnent fantasmes et imaginaire. Du côté transgénérationnel, il sera bon de rechercher qui a eu sa sensibilité bafouée, était triste –voir les poumons atteints car ceux-ci sont symbole de vie, de joie- cela serait une piste ou avait de la rancœur (rend cœur). Ce pourrait être le référent du « porte-greffon » qu’est l’autiste. Je répète que le Temps n’existe pas pour l’Inconscient si bien que deux ou trois générations plus tard cela est présent dans le descendant qui a pris le relais pour « payer » cette dette karmique dont il n’a plus conscience à sa naissance. Cet ancêtre vit le monde comme hostile tel en son temps : voir des guerres, des grandes catastrophes vécues sur l’Arbre généalogique, des drames terribles…il va donc se refermer volontairement dans sa bulle. De ce fait, les autistes reçoivent des tas d’informations qu’ils emmagasinent et stockent dans leur monde intérieur au lieu de les échanger avec d’autres personnes car c’est trop dur et ils se réfugient dans le mutisme. Aussi, quand ils parlent, doivent-ils être très performant devant vérifier moult fois car se tromper serait catastrophique. Si cela n’est pas parfait, ils se retranchent gardant le silence car ils ont trop de pression, c’est insupportable. Dès sa naissance, l’autiste se sent exclus, marginal, étranger. Il se replie donc, impuissant à accomplir ses rêves et ses désirs vivant dans son monde où personne n’a accès. Alors, au lieu de se régénérer, la mémoire s’use. Voir qui vivait replié sur le passé, qui, à la retraite n’a pas bâti sa seconde vie sur des passions, des contacts et autres comme les voyages, l’apprentissage d’autres choses, offrir ses services ou compétences aux autres. Se sentir inutile altère le cerveau qui a besoin d’intégrer des choses nouvelles sinon les synapses ne touchant plus les neurones (version simpliste) devient comme les cartons troués à musique des orgues de Barbarie…Le flot sanguin se retire des parties atteintes (le sang en décodage symbolise la famille). Qui avait peur de la vieillesse, de la mort fait un retour vers l’enfance générant un comportement enfantin où fantasmes et fantaisies peuvent être réalisés.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Gvolue.com by Annie Tranvouëz, Webmaster d.d.k.i.o